octobre 2010

Je n'arrive pas à jouer sur Iphone, aucun jeu ne m'amuse plus de 2 minutes : l'écran est trop petit. Ma dernière tentative remonte à « The Settlers » que j'ai abandonné par ennui au bout de quelques jours. Lundi, alors que je flânais sur i-tunes à la recherche de rien, le titre d'une application m'a interpellé : GamDev Story, sa notation 5 étoiles et ses 3 € ont fini par me convaincre de tenter l'achat. Après tout, une simulation de jeux vidéo c'est plus original qu'une simulation de restaurant. Le jeu est commercialisé par Kairosoft, des japonais qui produisent des jeux de simulation en pixel art. Les curieux peuvent visiter leur illisible site web.

Très critiqué pour sa simplicité, ses univers copié/collé et ses incitations à l'achat de biens virtuels. La vague du social gaming s'installe malgré tout, comme en témoigne sa présence au Tokyo Game Show, le transfert du PDG de Playdom à Disney ou encore la (sur?)valorisation de Zynga. L'évolution des jeux sociaux est donc loin d'être terminé et d'ores et déjà quelques tendances se dessinent quant aux formes que vont prendre ces jeux. Voici donc quelques orientations que semble prendre ce divertissement :

La planète est en danger, l'homme a perdu le contrôle de sa destinée et est en train de détruire le monde qui l'a vu naître...heureusement des développeurs créent des jeux pour nous sensibiliser aux problématiques environnementales. De nombreux projets ont ainsi été réalisé de la part de différents acteurs, dans le cas de "Clim Way'' ce sont des partenariats publiques, "Les Harmonyculteurs" viennent de l'initiative des gâteaux Lu et "Green Farm" a été produit par un éditeur de jeux vidéo classique. Cet engagement pour la protection de la nature est bienvenue et chacun de ces jeux propose des approches différentes du serious game, en tentant de sensibiliser les pollueurs que nous sommes à la protection de l'environnement.