février 2012

Kabam est une start-up qui a profité de l’explosion du social gaming sur facebook pour lever 125 millions de dollars. Son originalité est de cibler les hardcores gamers  présents sur le réseau social avec des jeux comme Dragon of Atlantis ou EdgeWorld. Après avoir exporté ses jeux sur Google Games, Kabam les rendra également disponibles sur la plate-forme de jeu Kongregate. Une stratégie qui a pour but de casser son indépendance à facebook et faire marcher la start-up sur la terre des webgames.

L’advergame est un moyen de communication efficace, il engendre une forte mémorisation et améliore nettement l’image de la marque auprès des joueurs. C’est le bilan que l’on peut tirer de la conférence Pub & Jeux organisé par Gamehouse. Cependant les annonceurs l’utilisent peu. Alors qu'avec leurs spots TV, les marques sont les plus grandes productrices de courts métrages au monde, quels sont les points qui les retiennent à se lancer dans la communication par le jeu ? Les empêchant de devenir les plus grandes productrices mondiales de contenu interactifs.

Les candidats à la présidence française ne connaissent pas le Web. Cela se lit dans leurs programmes mais surtout sur leurs sites web, ainsi on se souvient du magnifique « Désirs d’avenir » de Ségolène Royale ou de l’ambitieux site de Dominique de Villepin qui reprenait le template d’un site de pompes funèbres. En début de semaine, François Bayrou a pris l’initiative de dynamiser son site web de campagne pour augmenter l’implication des internautes qui soutiennent son mouvement. Cette refonte semble être passée par la case gamification, qu’en est-il vraiment ?

Nous avons déjà abordé sur ce blog les "plagiats" des jeux zynga. La musique, les lignes de code, la marque sont protégés dans l'industrie du jeu vidéo,  mais déposer des brevets sur des concepts de jeu est extrêmement compliqué. Certains studios sont spécialisés dans le « copycat », la reproduction de concepts à succès. Ceux qui le font bien, comme Gameloft, réussissent à créer de bons jeux : par exemple Orders & Chaos, très inspiré de World of Warcraft. Dans ce cas, il s’agit de reprendre une formule qui marche pour proposer un jeu qui aura malgré tout d’énormes différences de gameplay. Sauf que certaines fois, le copycat va trop loin , surtout quand le leader d’un marché plagie les petits studios, ce que semble faire Zynga avec Nimblebit et Buffalo.