Blog

Google Games et Facebook : 2 manières d’aborder le social-gaming

Google Games est actuellement discrètement déployé. On y accède à l’aide d’un bouton adossé à la barre de recherche du réseau G+. Nous en avons donc profité pour observer les premières différences entre Google et Facebook… sachant que Facebook a déjà annoncé des modifications pour faciliter l’accès aux jeux.
(Sur les images : Google à gauche, Facebook à droite).

Interface dépouillée ou chargée ?

Google propose une belle page avec un catalogue de jeux, sous ce catalogue apparaissent toutes les actualités  invitations, partage d’amis… La mise en page est simple et clair, ce qui n’est pas le cas de facebook qui propose une page très chargée mais néanmoins exhaustive.
+1 pour l’interface Google dans laquelle la partie « jeu » est plus déconnectée du reste du réseau.

Attention, sur Google+, il n’y a toujours pas de « Fan Page » pour les jeux

Des autorisations toujours délicates

Les deux géants du web n’entendent pas la vie privée comme nous, petits français. Donc sur ce point, ni l’un ni l’autre ne propose de situation satisfaisante : dans les deux cas nos données personnelles s’envolent vers on ne sait où. Facebook propose tout de même la possibilité (discrète) de donner une adresse email anonyme, ce qui est rassurant. Google lui donne l’adresse de contact du développeur, ce qui à ce stade ne sert pas à grand-chose.
Je n’ai pas trouvé de moyen pour désinstaller un jeu sur Google comme on peut le faire sur Facebook, donc +1 pour Facebook sur ce sujet.

Dans les deux cas, mes données ne sont pas protégées

Des partages similaires…mais pas en terme de viralité ?

Partager ses exploits se fait de la même manière sur les deux réseaux : on termine une quête puis on nous propose de publier cela sur notre flux d’actualité. C’est sur l’affichage de cette information que cela diffère : son profil ou le profil de ses amis pour Facebook ; dans le flux « games » pour Google. Dans les deux cas, l’utilisateur est notifié dans les menus qu’il a des demandes en attente.

On zappe juste une étape sur Facebook si l’on a donné l’autorisation « publier sur son mur », ce qui évite de confirmer deux fois que l’on veut partager une information. D’ailleurs sur les derniers jeux que j’ai testé, les développeurs regorgent d’astuces pour que tout soit publié. La dernière technique en date : griser  les boutons « annuler » ou « passer », ainsi on croit que le bouton n’est pas actif et par réflexe on clique sur publier qui lui est bien vert…

Les partages sont plus rapides sur Facebook

Enfin je ne vois pas l’avantage ultime qui me ferait préférer Google à Facebook. J’ai moins d’amis sur G+ et le réseau est actuellement bien moins complet que Facebook (pas de fan pages, viralité moins maîtrisée, étrange protection des données …). Uniquement de belles exclusivités me pousseraient à privilégier une plate-forme, pas un angry birds ni un farmville bis.