Blog

Social Games : 7 tendances

Très critiqué pour sa simplicité, ses univers copié/collé et ses incitations à l’achat de biens virtuels. La vague du social gaming s’installe malgré tout, comme en témoigne sa présence au Tokyo Game Show, le transfert du PDG de Playdom à Disney ou encore la (sur?)valorisation de Zynga.
L’évolution des jeux sociaux est donc loin d’être terminé et d’ores et déjà quelques tendances se dessinent quant aux formes que vont prendre ces jeux. Voici donc quelques orientations que semble prendre ce divertissement :

Battlestar Galactica : la 3D sur navigateur

1) Des jeux plus sociaux
C’est l’évolution qui manque, quand jouerons-nous vraiment ensemble ? Actuellement, le « social » n’apparait que pour inviter ses amis et servir cette diablesse de viralité… Certains comme My Empire ou City of Wonder, qui n’étaient au départ que des city builders, intègrent ces fonctionnalités et permettent de combattre d’autres joueurs. Nous allons ainsi arrêter de jouer seul pour se rapprocher des modèles multi-joueurs du casual gaming.

2) Des jeux plus beaux
La course au pixel semble épargner les jeux sociaux, mais cela s’apprête à changer : l’arrivée de la 3D sur navigateurs sur des jeux online comme Leelh ou Battlestar Galactica va vite inspirer Playdom et consorts qui l’intégreront au plus vite sur Facebook afin de se différencier de la concurrence.

3) Des jeux de niches
Avec des coûts de production limités, facile de bâtir des jeux dans les domaines préférés des joueurs : discothèques, antiquité, ferme, jeux écolos… à l’instar de Sport City qui combine city builder et gestion d’équipes sportives !

Deadliest Catch : promouvoir son émission sur Facebook

4) Des superproductions, des licences, des investissements
Fifa est arrivé, John Maidden est tout prêt aussi et Ubisoft envisage d’intégrer ses licences notamment Assassin’s Creed… Ces jeux réclament des moyens financiers considérables, notamment marketing car Zynga dépense entre 5 et 8 millions de dollars par mois en publicité sur Facebook ! Il va falloir sortir les carnets de chèques.

5) Des jeux calibrés pour la publicité
La publicité sur Facebook, je ne la vois pas, mais dans un jeu, je la note, surtout quand Mac Donald et Géant Vert s’affichent dans Farmville…en attendant de créer leur propre jeu comme le prévoit Discovery Channel avec the « Deadliest Catch » (qui au passage n’est pas un jeu de catch mortel, mais une émission sur des pêcheurs).

Les missions de Pirate Ahoy !

6) Des jeux plus complexes avec plus de défis
Passé la période de découverte d’un nouveau social game, je m’ennuie assez vite par manque de challenge. Apparemment, je ne suis pas le seul et les missions ou quêtes arrivent en masse ! Pirates Ahoy et Frontierville le font et bientôt tous les interfaces de jeu proposeront une belle liste de quêtes uniques ainsi que de nombreuses quêtes journalières, comme ce qui se fait déjà sur un MMO.

7) Du multiplate-forme
Le matin dans le métro, je commencerai à jouer aux Lapins Crétins sur mon téléphone, puis le midi pour me détendre, j’irai sur Facebook, toujours pour jouer avec les créatures de Michel Ancel, idem le soir devant ma Wii : session de Stupidas Leporidas (cherchez dans un dico de latin). Bref,  comme l’a annoncé Ubisouft et Sony tout sera connecté, les points gagnés sur mon mobile me rapporteront des bonus le soir. Actuellement nous en sommes assez loin, il faudrait déjà avoir accès aux applications Facebook sur son téléphone, mais cela arrive.

Toutes les voies que semble vouloir explorer les jeux sociaux sont très prometteuses : plus de diversité, plus de richesse, les développeurs y croient, à eux de tenir leur promesse en prenant quelques risques avec autre chose que du Mafia Lapin Crétin Wars.

Si j’ai omis la tendance de la future décennie, c’est le moment de le dire !