Blog

Le serious gaming dans la police et l’armée

Le serious gaming est souvent mis en avant lors d’opérations de recrutement, notamment avec les exemples de l’Oreal ou plus récemment le défi ingénieur de la SNCF. A mi-chemin entre opération de communication et de recrutement, on note également l’armée, notamment avec « Devenir marin », un dispositif complet appuyé par une importante couverture TV. Mais il y a un domaine qui est plus secret et peu mis en avant : la formation des troupes et de la police. Focus sur 2 serious games qui en font partie.

Un simulateur conçu par Boeing.

Le serious gaming dans la police

CSI Serious Games Project est un jeu sérieux visant à former aux sciences forensiques,  qui comprend les méthodes pour résoudre les enquêtes criminelles. Ce jeu mélange des éléments en réalité augmentée avec des éléments de jeux de plateaux classiques. Le but est donc de retrouver les indices disséminés sur la scène de crime et d’apprendre les bons comportements : prise de photos, collecte des empreintes digitales et des traces de sang, recherche de l’arme du crime et même croisement avec la liste des appels passés à la police à l’heure du crime, tout pour s’amuser et découvrir de nouveaux métiers !

Serious gaming et la découverte d’une scène de crime

Le serious gaming dans l’armée

Ces jeux cultivent le secret, peu se montrent, peu sont jouables excepté le célèbre America’s Army. Or il en existe des dizaines, du simulateur de vol au serious game dédié à la découverte d’une nouvelle culture. Ce n’est pas un FPS mais un FPCT (First Person Cultural Trainer) qui permet d’interagir avec différents types de populations du globe. Le jeu englobe les conversations verbales grâce à un système de scénarisation par embranchement, ce qui permet de multiplier les dialogues et leurs issues. De plus; il prend en compte la communication non verbale, comme le fait de retirer ses lunettes de soleil lorsque l’on parle à un civil.

Un serious game pour découvrir les nouvelles cultures

Rendre ces jeux plus réalistes ?

Un problème frappe cependant la majorité des serious games : leur très faible qualité graphique. On pourrait penser au premier abord que ce n’est qu’un détail et que seul compte le contenu « éducatif » sauf que le FBI s’est associé avec Unreal Engine pour améliorer la qualité graphique de ses jeux.  Et l’armée américaine déclare avoir besoin de rendre ces jeux plus réalistes afin de mieux capter l’attention des soldats, notamment avec la simulation Virtual BattleSpace 2 qui est en concurrence avec Call Of Duty (en terme de rendu graphique uniquement).

Mais les occasions pour entrainer et apprendre ne se limitent pas au PC et de plus en plus d’institutions envisagent l’iPad comme une plate-forme d’apprentissage.